Journée à Siviriez

Arrivés devant la maison de Marguerite Bays, nous pouvons déjà saluer la plupart des participants. Un grand Merci aux chauffeurs qui ont pris en charge les personnes aveugles et malvoyantes.

 

Les 44 personnes sont chaleureusement accueillis par Madame Fabienne Sauca, gardienne de la maison de Marguerite Bays où elle se met à disposition des pélerins. Réunis dans la salle appelée Refuge du pèlerin de libre accès, nous l'écoutons parler de la vie et de la mission de la Bienheureuse née il y a exactement deux cent et un an dans cette maison. Très tôt, Marguerite a compris que le Seigneur désirait se servir d'elle. A 15 ans, elle apprit le métier de couturière et choisit de rester pour s'occuper du ménage de la famille. Elle aimait en particulier les enfants, les pauvres et les malades et était souvent appelée au chevet des mourants. On disait d'elle qu'elle était d'une charité sans borne.

Ensuite, en trois groupes, nous visitons la chambre, où Marguerite cousait des vêtements. Nous l'Imaginons à son travail, toute unie à Dieu, à son entourage et à la nature. Depuis sa fenêtre, elle apercevait la petite chapelle des Bois qu’elle affectionnait par-dessus tout. Ces lieux nous touchent, nous sommes entourés d'une grande paix. Fabienne nous raconte encore que vers la fin de sa vie, des personnes venaient de loin la consulter pour ses dons de conseils et de discernement.

un moment de silence et une intercession à la Bienheureuse termine cette visite.

 

C'est à l'extérieur que nous prenons l'apéritif gracieusement offert par la fondation Marguerite Bays et servi par son président Monsieur Jean-Paul Conus. Nous le remercions chaleureusement pour les conseils donnés lors de l'organisation de cette jounée.

 

C'est à l'auberge du Lion d'Or que nous dégustons un délicieux repas de bénichon. Vers 15 heures, nous nous rendons à la grande église de Siviriez où se trouve une chapelle avec les reliques de Marguerite ; elle est construite de manière très symbolique et incite à la méditation. C’est le Père Maurice Genoud, recteur de Siviriez qui nous donne des explications enrichissantes.

Notre journée se termine par une messe d'action de grâce à la chapelle des Bois, où Marguerite se rendait si souvent pour prier.

Le monastère des capucins de Saint-Maurice

Le groupe de " Notre Dame de la Lumière " s'est réservé les derniers jours du jubilé pour y participer. Nous aurons le privilège de rencontrer des grandes fugures de ces lieux : 

Le Chanoine Thomas Roedder nous conduira le premier jour  sur le chemin des Stèles au lieu même du martyre et nous fera visiter la basilique avec sa porte sculptée.

Mercredi matin, le Chanoine Atanasiadès nous fera découvrir son instrument préféré et, uniquement pour notre groupe, nous fera le plaisir de nous donner un miniconcert. Notre Aumônier, Jean-Michel, nous aidera à intérioriser tout ce vécu lors des différentes célébrations.

Bien entendu, des moments de convivialité et de rencontre font également partie du programme.

Le dernier jour, nous le passerons à la pelouse à Bex avec les sœurs de Saint-Maurice, car elles aussi célèbrent le 150 ème jubilé de leur congrégation. Ainsi nous pourrons remercier et louer Dieu pour tout ce temps de grande fidélité.

 

 

Faire un don